3 idées reçues sur l’argile polymère

Voici un petit article que je souhaitais écrire depuis un moment pour vous familiariser davantage avec l’argile polymère – matériau méconnu, ou plutôt mal connu, que j’utilise pour créer mes bijoux.
Alors qu’elle fait son entrée dans les musées d’art moderne, j’ai remarqué qu’encore beaucoup de gens considèrent l’argile polymère, entre autres idées fausses, comme une vulgaire pâte à modeler pour enfant. Donc aujourd’hui, je vous présente et clarifie 3 idées reçues sur ce médium léger, durable, et non toxique, qui m’offre une grande liberté de création.

lorliaswood_3_idées_reçues_sur-l'argile-polymère
1- L’ARGILE POLYMÈRE EST TOXIQUE

L’argile polymère, ne contenant d’argile que son nom, est un plastisol (particules de PVC dans un liquide plastifiant), et à ce titre ne devrait pas être ingérée. Tout comme il ne vous viendrait pas à l’idée de brûler du plastique pour en respirer la fumée, il est également déconseillé de brûler de l’argile polymère pour en respirer les émanations, qui pourraient causer des irritations.
En dehors de ces deux restrictions, l’argile polymère n’est pas toxique dans le cadre d’un usage normal. Le medium a été débarrassé de toute substance dangereuse ou potentiellement dangereuse par les fabricants sérieux d’argile polymère (la marque Fimo, par exemple, a, il y a 7 ou 8 ans, supprimé TOUS phthalates de sa composition, y compris ceux répertoriés non dangereux – rien que pour être sûre. Ses concurrents Kato, Sculpey, et Cernit présentent également des compositions rassurantes). Il n’y a donc pas plus de risque à porter un bijou réalisé en argile polymère qu’à tenir une bouteille d’eau en plastique.
Si vous souhaitez en savoir un peu plus, je vous conseille la lecture des deux investigations de Don’t Worry sur le sujet :
Fimo et toxicité, réponse de Staedtler
Toxicité : Fimo, Kato, Sculpey, Cernit…

2- L’ARGILE POLYMÈRE EST FRAGILE

Autre idée reçue sur l’argile polymère : le résultat après cuisson serait fragile.
Pour parler de ma propre expérience ; en plus de deux ans de commercialisation de mes bijoux je n’ai eu qu’un seul retour suite à une casse d’un anneau de jonction que j’avais du faire un peu fin. J’ai retenu la leçon ; faisant attention dès lors à renforcer mes attaches. Je m’emploie même à une seconde cuisson. Et depuis ? Plus le moindre problème. La moralité de cette histoire est qu’une pâte correctement cuite, et dont les petits détails sont proprement renforcés (ou de bonne épaisseur) ne craint pas d’être brisée. Une fois cuite, l’argile polymère devient dure et maintient une certaine flexibilité ce qui la rend même plus résistante aux torsions et tensions que certains alliages en métal.
Donc, si ce medium n’est certainement pas aussi solide qu’un métal tel que l‘or ou l’argent, il n’est pas plus fragile que l’os, le bois, ou certains alliages.
Dans cette vidéo instructive, Cindy Lietz montre comment une pièce d’argile polymère correctement cuite est quasi impossible à casser : How long do you bake polymer clay

3- L’ARGILE POLYMÈRE EST POUR LES ENFANTS

Cette idée vient probablement du fait que jusqu’à il n’y a pas si longtemps, l’argile polymère était commercialisée strictement au rayon enfant, pas très loin de la pâte à modeler avec laquelle elle partage cet aspect visuel très coloré. Beaucoup de bijoux aux allures gourmandes de fruits ou de cupcakes renforcent également cette idée réductrice. Mais depuis une bonne dizaine d’années ce sont bien les artistes qui se sont emparés de ce medium aux propriétés presque infinies, poussant les fabricants à élaborer et commercialiser des gammes réservées aux professionnels, spécialement formulées pour leurs besoins.
Sous l’impulsion d’artiste comme Elise Winters, les créations en argile polymère ont même fait leur entrée dans les musées. Je vous laisse juge des qualités indéniables qu’il faut pouvoir maitriser pour produire des pièces comme les incroyables torsions irisées d’Elise Winters ; les créations presque organiques d’Anna Krichevskaya ; les fleurs d’un réalisme saisissant de Yuli-Ya ; ou les luxueuses reliques de Kotomi Yamamura.
Utilisé comme vecteur de sculpture ou comme liant entre d’autres matériaux, ou les deux (ce que je fais), l’argile polymère a, sans plus aucun doute, dépassé l’objet d’amusement pour enfant. N’êtes-vous pas d’accord ?

Si vous étiez vous-même adeptes de ces idées reçues, j’espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre l’argile polymère. Si vous avez entendu d’autres idées reçues sur le sujet, n’hésitez pas à me laisser un commentaire.
Êtes-vous, vous-même utilisateur d’argile polymère ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *