Premier regard : « The Botanist » – Le jour des bois, édition 2019.

Classé dans : A PROPOS DES COLLECTIONS | 2

« En 1769, Jeanne Barret, exploratrice et botaniste française (mais jamais reconnue comme telle), est la première femme à avoir réalisé le tour du monde. Elle avait dû se déguiser en homme pour cela. C’est presque 3000 nouvelles espèces de plantes qui furent rapportées de l’expédition Bougainville grâce à elle. Jeanne, c’est un peu mon héroïne.
Je m’appelle Amelia Boar et je suis botaniste dans un prestigieux muséum. Enfin… officiellement je suis plutôt « assistante botaniste » ; je répertorie les collections de fleurs exotiques rapportées d’expéditions par mes collègues masculins.
Le directeur du muséum aime me dire, ainsi qu’à nos mécènes, comme il est beau et, somme toute, logique de voir une femme s’occuper de ces fleurs délicates. Il croit me faire un compliment en faisant l’analogie entre elles et moi. Mais je ne suis pas une fleur. Moi, je suis un arbre.

Mes racines sont profondes et robustes. Mes branchages sont infinis et portent des rêves tenaces. L’un d’entre eux me taraude depuis plusieurs mois déjà. Il a pris forme en décembre dernier comme j’observais le magnifique saule planté devant chez moi se faire démembrer puis abattre deux semaines plus tard. « Pourquoi avoir fait cela ? Avais-je demandé à l’employé de la commune. Ce saule est une fierté pour le village… » « Des gens se sont plaints, ma bonne dame, plaints qu’il laissait trop de feuilles gênantes sur le toit des voitures. » Je n’en croyais pas mes oreilles. C’était le troisième saule en parfaite santé qui tombait pour d’obscures raisons. Je rentrais chez moi et courrait au fond du jardin où le petit bois ployait paisiblement sous le vent. « Pitié, ne prenez pas ces peupliers grisards. Ils m’ont sauvé la vie… »
Et ainsi le projet commença à mûrir dans ma tête.
Un matin, je parlais de mon idée au directeur qui avait toujours émis le souhait d’étendre l’établissement par une promenade extérieure : je voulais créer un arboretum. Mais pas n’importe lequel… Nous recueillerions les témoignages de nos visiteurs et planterions des arbres en hommage à ceux qui les avaient marqués. Il y aurait des petites notes à côté de chaque spécimen racontant le souvenir en question. Ce serait une formidable façon d’élever les consciences et d’encourager les gens à lever les yeux vers les branchages qui les entourent. J’étais prête à m’en occuper, bien sûr, sur mes heures personnelles s’il le fallait… Il a souri avec tendresse et a mis cette idée saugrenue et sentimentaliste sur le compte de mes hormones. Il ne manquait plus que la tape paternaliste sur le haut de la tête. Comme j’aurais voulu lui arracher le visage en cet instant !

J’ai quarante ans aujourd’hui, mais mon rêve de jeunesse ne m’a jamais quitté. Avec mon époux, nous débutons les travaux de mon arboretum fantasmé. Un mémorial bien vivant pour les arbres qui ont jalonnés ma vie, m’ont inspirée, conseillée, consolée. Et pour ceux qui sont tombés dans l’indifférence.
Je m’appelle Amelia Boar. Je suis botaniste et exploratrice, et voici mon sanctuaire… »

Cette année, le Jour des Bois prend les traits d’un personnage créé pour l’occasion, sorte d’alter-ego rétro : Amelia Boar. L’arboretum d’Amelia contient à l’origine 10 espèces, chacune ayant une signification bien à elle, et étant chère au cœur de la botaniste. Je ne vous le cache pas, plus les collections avancent, plus je me livre à vous. L’édition 2019 du Forest Day est très personnelle puisque c’est un morceau d’histoire, de souvenir, que je livrerais avec chaque bijou-arbre. Deux ou trois seront spécifiquement des souvenirs d’Amelia, les autres les miens. Il vous faudra attendre la semaine prochaine pour pouvoir entrer dans l’arboretum et les découvrir, mais je vous spoil aujourd’hui la 11ème pièce : le collier personnel d’Amelia:

Un livre relié à la main sera également de la partie. On ne sais pas trop si c’est l’ouvrage personnel d’Amelia, des rumeurs circulent au sein de la famille qui en a hérité. Un article dédié au livre sortira sur le blog dans deux ou trois jours.
J’espère que cet article vous aura plus. J’ai passé beaucoup de temps sur les photos et le concept, et j’ai hâte de vous ouvrir les grilles de l’arboretum! Tickets disponibles le 28.03.19 :)

LE JOUR DES BOIS, édition 2019 « The Botanist »
28.03.19

11 colliers, chacun accompagné d’un dessin façon botanique en cadeau

1 livre relié réservant de nombreuses surprises

12 arbres plantés

 

Photos (c) Lorliaswood – merci à mon chéri pour le coup de main <3

 

2 Responses

  1. Anne-Marie

    J’adore le texte. Et donc le concept. J’adore ce lien avec une femme en avance sur son temps. J’enrage quand je lis le saule abattu pour ne pas salir la bagnole des bobos qui veulent vivre dans une campagne aseptisée. Impatiente de découvrir cette nouvelle collection très prometteuse. Bravo pour ce merveilleux travail.

  2. Lullaby

    Oh, comme j’ai hâte de pousser la porte de cet arboretum ! Le passage du saule abattu m’a beaucoup touché, car il y a deux jours, mes collègues et moi avons constaté avec stupéfaction, tristesse et colère que le magnifique, énorme saule pleureur qui jouxtait la bibliothèque avait été abattu. Ne restaient que des moignons de son tronc imposant. Un vrai crève-coeur que ce spectacle, alors même que la vision de ses branches et ses feuilles se balançant au vent était toujours un apaisement, une source de sérénité au cours de nos journées de travail. J’ai mangé plus d’une fois sous ses branches, durant les beaux jours.
    Hâte de découvrir ta collection, et beau personnage qu’Amelia Boar ! Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *