Les lorliasbooks : aventures en reliure!

Classé dans : REFLEXIONS D'ARTISANE, VIE DE LA BOUTIQUE | 6

Depuis le temps que je sème des teasers, et trépigne d’en parler davantage, voici que je vous présente enfin ma nouvelle passion pas si nouvelle, et les bébés que nous avons accouché elle et moi.
Il faut savoir que j’ai un amour inconditionnel pour l’objet livre –plus que pour la lecture elle-même, je dois l’avouer. Je suis convaincue, comme l’était ma mère chaque fois qu’elle me le disait, que ce sont les livres qui confèrent à une pièce, à une maison, son âme (ou au minimum un gros supplément d’âme). La magie des mots, surement. Mais pas que.
Même vide, un volume possède un potentiel incroyable. Le simple fait de l’ouvrir, plus encore lorsqu’il a ce craquement caractéristique de la colle et du papier, et l’on touche au sortilège des possibles. Que renfermera-t-il ? Une épopée ? Une confession ? La somme d’un savoir ? Une porte sur de multiples décharges d’émotion ? Le voyage d’un artiste pour parfaire son tracé ? Même vierge, le livre est déjà rempli de promesses. Il vieilli avec nous, nous accompagne partout, dort sur nos chevets ou sous nos oreillers. Il prend nos odeurs et nos larmes avec la même complicité.

J’aime tous les livres, mais le livre traditionnel, relié à la main, a ma préférence, et j’ai toujours admiré le savoir-faire qui conduisait à sa réalisation. Depuis un an environ, j’ai ouvert les portes du monde de la reliure, et me suis formée à la théorie, en autodidacte comme toujours (c’est comme ça que j’apprends le mieux), en observant et en lisant, attendant d’avoir enfin le temps de m’essayer à la pratique. J’ai fait mes premières réalisations pour des documents de jeu, puis ai confectionné mon premier gros tome en décembre dernier pour l’offrir à une amie. Après cette création très concluante, j’ai tout de même ressenti le besoin, afin d’être davantage satisfaite de moi, d’avoir accès à des astuces de pro. J’ai donc suivi deux classes pour parfaire ma technique avant d’attaquer les tomes suivants. Il existe de nombreuses techniques différentes en reliure ; je n’en ai effleuré que la surface et j’ai soif de les apprendre toutes. Il faudra du temps pour cela, mais je ne suis pas pressée : j’ai le sentiment d’avoir entamé une relation durable avec le papier.

Papier artisanal recyclé maison, teinté dans un bain de plantes et incrusté de plantes

En parlant de papier, celui-ci est surement à l’origine de mon envie de créer des livres entiers. Il faut savoir que j’ai commencé ma petite aventure par-là : en créant du papier artisanal, il y a deux ans.
Vous le savez, depuis quelques années, j’effectue des donations à des associations de reforestation afin de compenser l’empreinte écologique de mon entreprise. Mais je me désespérais toujours de voir le papier s’accumuler à la maison. Il est partout : dans les publicités dont on ne veut pas, dans les bons de livraison et factures (même quand vous spécifiez que vous les voulez dématérialisés), dans les emballages divers et variés. Parce qu’il se recycle, on a une conscience moins accrue de son omniprésence. Et j’ai beau acheter le papier dont j’ai besoin estampillé d’un label de gestion responsable et durable, ça n’enlève pas la sensation de gâchis que j’ai quand je vois celui qui part au recyclage, et l’image des arbres tombés. Mais ça, c’était avant ! Ah Ah ! Aujourd’hui, je traque tout papier et cartonnage dans la maison, et y conserve précieusement en attendant les beaux jours car je ne fabrique pas de papier l’hiver. Je n’ai pas de presse ni d’espace suffisant pour le séchage et donc je préfère qu’il s’opère à l’air libre et au soleil.
Mes papiers sont fabriqués dans des infusions de plantes et parfois agrémentés de pétales et de morceaux de feuilles leur conférant une petite intention en plus. Dès que je pourrais en faire de plus grand formats, ils constitueront l’intérieur de mes livres. C’est le plan. Et il m’empli d’une joie simple et d’une grande fierté.

Mes volumes reliés sont fabriqués dans le même esprit de réutilisation de ce que je possède déjà. Je pratique une reliure française à peu de choses près traditionnelle avec un emboitage à la Bradel qui permet d’ouvrir le livre bien à plat. Pour le cartonnage, j’upcycle des semelles de bloc à dessin ou à papier aquarelle lorsque j’en ai ou peux en récupérer ; pour l’entoilage du dos, du mors et des coins, j’utilise du lin issu du stock de tissu qui me reste de mon activité de costumière, et des petites chutes (que j’ai toujours gardées car je savais qu’un jour elles me serviraient !). Le papier des cahiers est un mélange de papier neuf issu de forêts gérées et de reçus/bons de livraison recoupés, le tout teint à la main avec un contrôle assidu de l’effet obtenu et de l’acidité (la teinture naturelle, une autre passion ?). Finalement, les seules dépenses incompressibles sont la colle et un outillage léger (encore que, ancienne costumière, je n’ai racheté ni aiguilles ni poinçon, et j’utilise un fil de lin doublé – le même que j’utilisais pour le boutis ou les coutures fortes).
Maintenant, je pense que je vais hanter les brocantes pour trouver une presse ancienne !

Je vous présente avec grand plaisir mes volumes, mes Lorliasbooks !
Les trois sont des reliures rigides avec décors papier et entoilages lin, dos arrondis nervurés, et cahiers cousus papier FSC© 100gr vieilli à la main et acide free. Les somptueux papiers décoratifs aux motifs nature sont des designs de la talentueuse Katy Hackney acquis l’année dernière pour, à la base, faire des marie-louise et fonds de cadre…

Voici mon premier bébé désormais propriété de l’adorable Clémence M (merci à elle pour les photos). Dos à « nerfs » plats, dos et mors en lin kaki/forêt décoré par un filet en papier. 130 pages.
Garde collée en papier kraft texturé façon peau, garde volante en papier de soie reteint – les deux upcyclés et retravaillé à la main.
La demoiselle a également reçu un échantillon de mon papier artisanal, ici (si je me souviens bien) aux incrustations de pissenlit et de romarin (coloré à l’infusion de racine d’ortie et au thé)

 

Voici le volume de ma meilleure amie (une autre Clémence^^) avec, cette fois, un dos nervuré, bords de mors et coins en lin marron, décoré d’un ruban en velours taupe. 160 pages environ.

 

J’aime bien réaliser des intercalaires avec les coins découpés du papier de couverture et du papier texturé, ainsi qu’un petit compagnon d’une 20aine de page qui se glisse à l’intérieur dans une poche, et peut servir à plein de choses!!
Et voici mon mien à moi que j’aime! Mon gros tagazou de 200 pages. Je me suis éclatée à décorer la couverture avec une plaque/étiquette et une pièce de titre numérotée. Idem que précédemment : dos nervuré, laaarges bords de mors et coins en lin forêt, mais sans ruban décoratif (je me suis tâtée un milliard d’années à en mettre un^^’ )
J’ai upcyclé un vieux carnet (cadeau de la Clem sus-nommée, qui avait pris cher et que je n’utilisait pas) pour les gardes volantes en kraft et les poches cartonnées vertes. Ravie d’avoir un peu de ma meilleure amie dans ce meilleur ami de papier^^

 

Pour finir : oui j’ai prévu de mettre quelques volumes en boutique. Le (les ?) premier sortira au sein de la collection Forest Day. J’ai beaucoup d’idées pour l’utilisation de ce nouveau medium au sein des collections ! Maintenant, il faut savoir qu’on sera sur un investissement plus conséquent. Chaque volume est le fruit de huit heures de travail en moyenne, cela dépend des choix esthétiques. Tout est réalisé à la main, avec minutie, et ensuite vieilli pour un résultat vintage à ancien. Et ils seront, cela va s’en dire, plus rares car je n’ai pas quatre bras, et que j’ai des bijoux à faire à côté^^
Si cela vous intéresse, je proposerais également des petits lots de mon papier artisanal.

Prochaines étapes, hors-mi la quête de la presse traditionnelle : sortir mon papier artisanal en A5 et en A4 (pour les relier), élaborer mes propres designs pour le décor des plats de couverture, et, parce que c’est une corde qu’il me brûle d’ajouter à mon arc, apprendre à faire du papier marbré pour mes pages de garde <3

Voilou, ça fait des mois que je bosse sur ça en sous-marin. Vous ne pouvez pas savoir comme j’avais hâte de vous montrer! Alors, alors, qu’en pensez-vous? Mes livres vous plaisent? J’ai hâte d’avoir votre avis :)

Photos (c) copyright Lorliaswood, diffusion interdite!

6 Responses

  1. Marie

    Ouhlala quelles merveilles ! J’en suis presque émue, tellement la démarche est géniale, le résultat féerique et tes mots si sereins et heureux !

    Je suis absolument captivée par la beauté de chaque résultat, le fait que tu fabriques toi-même ton propre papier recyclé, que chaque élément de chaque « lorliasbook » soit choisi avec intention, que le design soit si beau et si emprunt de tous les éléments que j’adore dans les vieux livres reliés… C’est vraiment fabuleux comme projet, tu peux être hyper fière de toi !! Bravo !

    Bon alors maintenant, comme je suis au stade micro-padawan de la reliure, JE VEUX TOUT SAVOIR : comment fabriques-tu ton papier recyclé ? Est-ce que n’importe qui peut s’y mettre ? Y a-t-il des mélanges de teintures que tu recommandes particulièrement ? Si oui, comment s’y mettre / se procurer les ingrédients nécessaires ? Comment réaliser une aussi belle couverture ? Etc. etc. Je serais très heureuse et curieuse que tu publies d’autres billets dans cette veine-là, pour rentrer encore plus en détail dans la fabrication de ce que tu crées.

    Merci pour ce partage qui illumine ma journée, les blogs sont tellement précieux pour ce type de contenus ! Ton univers est unique, je ressens de plus en plus les picotements de ta délicate magie verte…

    • Anne

      Oh, merci beaucoup Marie. Tes mots me touchent énormément, et je suis ravie que mes volumes reliés te plaisent <3
      Concernant ton avalanche de questions, je ne me sens pas de donner des conseils en reliure - n'ayant réalisé que trois volumes^^' Et surtout, je ne pense pas avoir le temps pour des articles, ni que cela intéresse beaucoup mon lectorat qui est quand même venu à moi par les bijoux. Et je dois reconnaitre avoir toujours eu du mal à livrer des step by step ou de la technique à laquelle je me suis donnée pendant des mois voir des années, je trouverais ça trop facile lol (comme quand on me demande mes fournisseurs de pierres etc. ) J'apprends de manière tellement intuitive que je ne suis pas sure d'être une bonne prof lol A voir^^

      Je peux déjà te répondre pour le papier et la teinture que j'ai appris complètement en autodidacte déjà à l'époque du costume (j'ai donc fait pas mal d'erreur lol)
      *Oui c'est à la portée de tout le monde (tu as plein de tuto sur youtube, tu développeras tes trucs à toi en allant^^)
      *Pour les mélanges de teinte, j'avoue ne pas en avoir exploré beaucoup ayant trouvé ce qui me convient, mais je tente des trucs de temps en temps. En fait j'avais observé des choses en faisant des décoctions pour des cosmétiques donc je savais que, par exemple, avec du romarin ou de la racine d'ortie tu as du brun rouge et qu'on réserve plutôt ça aux cheveux bruns^^ J'utilise aussi la pelure d'oignon (hyper puissant, ça fait du orange), du thé et du café (la base). MAIS, ton allié indispensable c'est la bandelette PH. Tu dois impérativement tester l'acidité de ton bain pour ne pas acidifier ton papier. Après, c'est de la chimie et le bicarbonate est ton ami (mais il a tendance à jaunir le bain). C'est absolument une question d'équilibre (fais toi un nuancier de ref^^).
      Je n'utilise pas de mordant (Alun, sulfate de fer etc.), faut que j'essaye... Je sais que ça aide à fixer la teinte des plantes moins concentrées (mais j'en ressens pas le besoin avec le thé et le café...) et que ça peut aussi permettre d'obtenir d'autres couleurs avec une même teinte.
      *Globalement pour les ingrédients nécessaires, je fais avec ce que j'ai à la maison et dans mon jardin (ou dans les bois... mais la cueillette ça s’apprend aussi. Renseigne toi pour ne pas cueillir une plante règlementée ou trop rare dans un même bois. Ne pas prélever trop à la fois etc ;) ), et puis après, teste, c'est ça qui est fun <3

      Voilou, j'espère que ça te motive et ça te fait quelques pistes de recherches^^
      Bisous et encore merci d'être passée me lire :)

  2. mariepython

    J’ai adoré lire ce texte où je me retrouve tellement. Je suis « Tatie papier », j’adore les petites carnets, j’en ai pour plusieurs vies, mais je ne peux pas résister, je les aime trop. Pout chaque voyage, j’en prends un nouveau, pages vierges promesses de surprises et des découvertes qui nous attendent.
    J’aime l’odeur du papier neuf, de la colle à l’amande et de la ronéo, souvenir de mes premières années d’école que j’ai tant aimées.
    J’aime le livre, l’objet livre, raison pour laquelle je n’arrive pas à me mettre à la liseuse, même si j’en comprends bien l’aspect pratique, j’ai besoin de ce contact charnel avec le papier et les maisons sans livres me terrifient, moi qui en ait plein, trop, je ne prends plus le temps de lire.
    Ma maman aime les arbres d’amour, elle est capable de pleurer quand les gens les coupent, surtout quand ce n’est pas nécessaire et elle m’a transmis ça aussi, les jardins sans arbres, c’est comme les maisons sans livres…

    Bravo pour ce travail artisanal si soigné et si beau, j’adore la petit touche vintage et je suis très admirative du savoir-faire manuel nécessaire pour obtenir ce beau résultat. Et la passion qui vous a menée vers ce résultat se sent dans chacun de vos mots, c’est très émouvant de lire ce délicieux petit billet si inspiré.
    Evidemment, au vu de ce qui précède, oui, si des carnets, des cahiers ou du papier sont proposés dans la boutique, je pense que je craquerai, c’est inévitable ;-)

    • Anne

      Merci pour ce joli partage Anne-marie :) Je pense que les amoureux du livre se retrouvent sur les même choses : l’odeur, le toucher, le fait d’en avoir trop lol
      Merci pour vos compliments touchants, je suis très contente que mes créations vous parlent <3

  3. Lullaby

    Je vais répéter ce que j’ai déjà dit mais tant pis : la bibliophile en moi est complètement subjuguée par tes ouvrages ! La reliure est superbe, le papier aussi et tout est empreint d’une démarche et d’une sensibilité qui sont les tiennes, que je connaissais via tes bijoux, mais là… rah là là, c’est trop beau !
    (et je suis tout à fait d’accord avec ce que disait ta mère, au sujet des livres dans la maison)
    Un grand bravo pour cette autre corde à ton arc (un bien bel arc !) !

    • Anne

      Merci beaucoup Magali, ça me fait vraiment plaisir qu’une bibliophile telle que toi les aime et ressente le petit univers silencieux qu’ils contiennent déjà. Merci pour ton commentaire <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *